> > Consommation des ménages : + 0,2 % en août

Consommation des ménages : + 0,2 % en août

Après avoir enregistré une légère baisse de l'indice de consommation des ménages au mois de juillet (-0,2%), l'Insee constate pour le mois d'août une remontée similaire (+0,2%). Les spécialistes y voient un mauvais présage pour la croissance du 3ème trimestre.

Consommation des ménages  : + 0,2 % en août

Un été stable en terme de consommation

Pour les mois de juillet et août, l'institut national de la statistique (INSEE) dresse un bilan bien terne de la consommation française.  D'après le dernier apport de l'institut publié ce vendredi, la très légère hausse de la consommation des ménages en août  (+0,2 %) n'aura permis que de compenser la baisse enregistrée au mois de juillet (-0,2 %).

Dans le détail, l'indice de consommation aurait été particulièrement influencé ces derniers mois par le secteur automobile. "La légère baisse de juillet s'explique principalement par un recul des achats d'automobiles et de biens d'équipement du logement. La reprise de la consommation en automobiles et la progression des dépenses d'énergie contribuent à la légère hausse de la consommation en août" explique ainsi l'INSEE.

D'après l'étude, par rapport au mois de juillet, les produits alimentaires et les produits énergétiques  ont connues en août une hausse des ventes  respectivement de +0,1 % et +2,6%. Les bien fabriqués sont eux à la baisse (-0,5 %), malgré une hausse de 0,9 % des achats automobiles.

Sur un an, c'est à dire par rapport à août 2010,  les produits alimentaires affichent une baisse de 0,1 %, tandis les biens fabriqués gagnent 0,2 % et le secteur énergétique 1,1 %. Au total sur an l'indice de consommation des ménages français n'aura progressé que de 0,3 %.

Des prévisions assez ternes pour la croissance du troisième trimestre

Pour les spécialistes économiques, cette croissance estivale, au final, nulle sur l'ensemble juillet-août, n'augure rien de bon pour la suite. Tablant sur un léger mieux, les experts ne croient plus à un rebond économique immédiat.


"Bien que cette reprise [des achats d'automobiles ] explique en grande partie la hausse des dépenses au mois d'août, les achats ont diminué en rythme annuel pour le cinquième mois consécutif, ce qui annonce un ralentissement prolongé de l'activité du secteur" prévoit par exemple Natixis, qui mise sur une hausse modérée au prochain trimestre de l'indice de consommation de l'ordre de 0,4%. "Les revenus des ménages devraient en effet continuer de peu progresser, sur fond de chômage toujours élevé et de faible rentabilité pour les entreprises".

Le groupe Unicrédit dresse un constat similaire, et s'attend à une croissance faible mais positive. "En tablant sur une hausse modérée de la consommation des ménages en septembre, on peut s'attendre à un chiffre positif pour le troisième trimestre" explique son analyste Tullia Bucco.

Enfin à, BNP Paribas, on  estime que "si les dépenses des ménages conservent la même dynamique en septembre, la consommation devrait progresser de 0,5% au troisième trimestre, après une chute de -1,9% au deuxième".

Article publié le vendredi 30 septembre 2011 à 14:09 - © Credixis 2017

Articles liés

La consommation des ménages en baisse pour le 3ème mois consécutif

D'après les dernière donnée de l'INSEE publiées ce jeudi, la consommation des ménages en baisse pour le troisième mois consécutif (-0,8 % en mai), pourrait bien devenir un frein à la croissance française. Lire l'article

L'Insee prévoit une croissance à 2,1 % d'ici la fin de l'année

Dans ses dernières prévisions publiées ce jeudi, l'Insee se positionne sur une croissance de l'ordre de 2,1% pour la fin de l'année 2011 soit légèrement plus que le gouvernement. Selon l'étude, le deuxième trimestre devrait pourtant être très peu productif. Lire l'article

France : hausse de la consommation de 2,8 % en novembre

D'après les données de l'Insee publiées jeudi, la consommation des ménages en produits facturés a augmenté de 2,8 % en novembre. Au mois d'octobre, elle avait diminué de 0,6 %. Pour le gouvernement, il s'agit d'un niveau "historiquement élevé". Lire l'article