> > Conjoncture : 2ème avertissement de Moody's sur la note française

Conjoncture : 2ème avertissement de Moody's sur la note française

Ce lundi, l'agence de notation Moody's a remis une nouvelle fois en cause le AAA français. Pour l'agence, les perspectives de croissance sont largement insuffisants malgré les deux plans d'austérité abordés.

Conjoncture : 2ème avertissement de Moody's sur la note française

Des mesures d'austérité insuffisantes ?

Il y a plus d'un mois l'agence de notation Moody's plaçait la France sous observation pour 3 mois  au vu de sa situation, sa position particulièrement fragile à l'égard de la crise européenne. En conséquence directe, la notre AAA attribuée à la France pourrait diminuer, entrainant de fait la confiance des marchés financiers.

Ce lundi, l'agence a émis une première observation loin d'être positive. Sonnant comme un rappel à l'ordre, l'agence estime que les perspectives de croissance de la France ne sont pas compatibles avec ses moyens actuels d'action.

"Les mesures d'austérité fiscale accroissent une pression fiscale déjà élevée et peuvent compromettre la croissance (...), ce qui peut entraîner la nécessité de plus d'austérité fiscale" a ainsi déclaré Moody's dans un communiqué, ajoutant que "le modèle social français ne peut pas être financé si le potentiel de l'économie française n'est pas préservé".

Au final, "des coûts de financements élevés, conjugués à une perspective de croissance qui se détériore, auront des implications de crédit négatives" annonce l'agence.

En d'autres termes, les deux plans d'austérité adoptés jusque là par le gouvernement français pourraient ne pas s'avérer suffisant au vu des objectifs de croissance, ces derniers étant ressentis encore une fois comme trop optimistes en comparaison avec la conjoncture européenne.

Une hausse des taux d'intérêt malvenue

Pour l'agence, une hausse de seulement 1 % des taux d'intérêt représente un "surcoût" de 3 milliards d'euros  chaque année. Or "la semaine dernière, l'écart de taux entre les titres à 10 ans français et allemands a dépassé 200 points de base [ 2%], un record depuis la création de la zone euro".

"Avec une prévision du gouvernement de croissance du PIB [Produit intérieur Brut] d'à peine 1% en 2012, un taux d'intérêt alourdit rendra plus difficile à atteindre les objectifs de réduction des déficits" rapporte ainsi Moody's.

Cette annonce a été perçu comme un véritable coup de massue par les investisseurs dont la confiance en la bonne santé économique et financière française tend à s'effiler. Ce lundi midi, la Bourse de Paris virait ainsi dans le rouge avec une baisse de plus de 2,5 %.

Article publié le mardi 22 novembre 2011 à 13:11 - © Credixis 2017

Articles liés

La production industrielle a diminué de 1,6 % en juin

La production industrielle a diminué de 1,6 % en juin Marqué par un net repli du secteur manufacturier, le production industrielle français s'est très nettement rétractée au mois de juin par rapport au mois de mais selon les dernières données de l'INSEE. Lire l'article

Croissance : +0,2 % du PIB au 3ème trimestre (BdF)

Croissance : +0,2 % du PIB au 3ème trimestre (BdF) Tandis que l'INSEE prévoit pour le 3ème trimestre une hausse de la croissance française de l'ordre de 0,5 %, la Banque de France se montre moins optimiste, optant pour une augmentation de 0,2 % du PIB en premières estimations ce lundi. Lire l'article

La consommation des ménages en hausse en juin

Après 3 mois de baisse, la consommation des ménages français est repartie à la hausse en juin (+1,2 %) selon les dernières statistiques de l'Insee. Cette augmentation est essentiellement due à la forte consommation de bien durables et d'énergie. Lire l'article