> > BCE : Merkel souhaite un plus grand contrôle sur les banques

BCE : Merkel souhaite un plus grand contrôle sur les banques

Dénonçant un manque d'indépendance et d'efficacité du système de contrôle bancaire européen actuel, la chancelière allemande a plaidé, devant le parlement allemand, la cause d'une BCE plus importante vis-à-vis des banques.

BCE : Merkel souhaite un plus grand contrôle sur les banques

L'EBA jugé trop dépendant des autorités nationales

Partisane d'un système bancaire européen plus indépendant, l'Allemagne a appelé une nouvelle fois à un renforcement des pouvoirs de la banque centrale européenne (BCE).

Dans une intervention au parlement allemand ce jeudi 14 juin, la chancelière allemande Angela Merkel s'est déclarée favorable à ce que la BCE joue « un rôle plus important [...] dans la surveillance des banques ».

Devant le Bundestag, la chancelière a ainsi remis en cause le mode de fonctionnement actuel de l'autorité bancaire européenne (EBA) avant de réclamer très clairement « une autorité de supervision plus indépendante ».

« L'EBA a mené des tests de résistance sur toutes les banques européennes il y a un an, et les superviseurs nationaux ont été très impliqués. Nous voyons maintenant le résultat. Les banques espagnoles sont dans une tout autre situation que ne le laissaient apparaître les tests », s'est justifiée Mme Merkel.

Un effort international nécessaire

En prévision du prochain sommet du G20 prévu les 17 et 18 juin 2012 au Mexique, Angela Merkel a également appelé l'ensemble de la communauté internationale à un effort économique censé.

Présentant l'Allemagne comme « le moteur de l'économie et le pôle de stabilité en Europe », la chancelière a confirmé l'implication de son pays dans l'effort de la résolution de la crise. Une implication forte et solide qui n'accepterait aucune « solutions de facilité ».

Pour Mme Merkel, l'Allemagne et l'Europe ne doivent pas être les seuls à apporter des réponses viables à la crise ».

« La zone euro ne peut pas porter seule la responsabilité de la croissance. Tous les partenaires doivent faire des efforts », a-t-elle ajouté. Précisant, à l'intention des États-Unis notamment, la nécessité d'« arrêter de financer la croissance avec de nouvelles dettes ».

Article publié le jeudi 14 juin 2012 à 14:06 - © Credixis 2017

Articles liés

Les "stress tests" des banques européennes, plus sévères en 2011 ?

Montrés du doigt pour leur "trop grande facilité", les tests de résistance des banques de l'UE, devraient être plus sévères en 2011 d'après le président de l'EBA. Les prochains tests seront réalisés sur 88 banques de l'UE, les résultats seront rendus publics en juin. Lire l'article

De nouvelles craintes s'abattent sur les banques européennes

À en croire la Banque centrale européenne (BCE), le secteur bancaire du Vieux Continent demeure fragile. Principales sources d'inquiétude : les dettes souveraines et la réglementation de Bâle III. Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article