> > Banques : la facture grecque s'élève à 13 milliards d'euros

Banques : la facture grecque s'élève à 13 milliards d'euros

Largement impliquées dans la crise grecque, les banques françaises et le groupe Dexia auraient perdu près de 13 milliards d'euros en 2011. En 2012, ces banques devraient être moins impactées de part une exposition oindre et l'apparition de nouvelles garanties.

Banques : la facture grecque s'élève à 13 milliards d'euros

La crise grecque aura touché l'ensemble des banques françaises

À la lecture des différents bilans 2011 des banques françaises publiés ces dernières semaines, l'impact de la crise grecque s'avère assez important. Selon Les Echos, la perte cumulée avoisinerait les 13 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année 2011.

Si tous les groupes français ne sont pas touchés de la même manière, la quasi-totalité est concernée a minima par ces pertes.

La BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole auront ainsi perdues à elles trois près de 5,6 milliards d'euros dont près de 3,4 milliards pour BNP Paribas. Le reste des pertes est assumé la Banque Populaire-Caisse d'Épargne (BPCE), l'organisme franco-belge Dexia (près de 4,6 milliards d'euros) et le groupe Natixis.

À noter également une perte supplémentaire de 1,2 milliard d'euros pour le Crédit Agricole via sa filiale grecque, Emporiki.

Une année 2012 moins risquée

Au-delà de l'évolution de la crise Grecque et des différents plans d'aide en cours de négociations, les groupes français devraient moins être impactés en 2012.

Face à la crise, les banques ont effet dû changer drastiquement de politique et adopter eux-mêmes des mesures d'urgence. Ainsi la plupart ont renoncé à certaines activités de façon à assainir et sécuriser leur bilan.

"Les expositions résiduelles sur la Grèce sont désormais limitées pour les banques françaises" constate ainsi Les Echos. Selon les sources du quotidien : "une partie de l'encours résiduel est en outre couverte par une garantie".

Les banques allemandes également concernées

Autant qu'elles puissent être impliquées dans la dette grecque, les banques françaises ne sont pas les seuls créanciers à ressentir les effets crise. Sur le plan européen, l'Allemagne est également très concernée.

Dans un communiqué, la Commerzbank a annoncé jeudi avoir subi une perte nette de 942 millions d'euros due aux titres grecs contre 516 millions d'euros pour le groupe Allianz.

Article publié le vendredi 24 février 2012 à 14:02 - © Credixis 2017

Articles liés

Crise grecque : le deuxième plan d'aide européen validé

Après d'âpres négociations, les États européens ont finalement réussi à se mettre d'accord, ce jeudi, sur la mise en place d'un nouveau plan d'aide pour sauver la Grèce de sa dette faramineuse. Le montant de l'aide a été fixé à 160 milliards d'euros. Lire l'article

Les gouvernements européens responsables d'une sortie de crise

Les gouvernements de la zone euro sont plus que jamais sur le qui-vive. Les États-Unis comme la BCE les tiennent pour responsables en cas d'échec de réduction de la crise grecque. Un sommet extraordinaire est prévu ce jeudi à Bruxelles. Lire l'article

Crise : les banques ont remboursé 22,7 milliards d'euros à l'État

D'après la ministre de l'économie Christine Lagarde, le plan d'aide aux banques lancé en 2008 a été des plus efficaces. Ainsi, fin mars, les 20 milliards d'euros de fonds propres prêtés ont été intégralement remboursés avec un bonus de 2,7 milliards pour l'État. Lire l'article