> > Banques françaises : une recapitalisation nationale ?

Banques françaises : une recapitalisation nationale ?

Fausse annonce ou plan d'aide fantôme ? Selon des informations recueillies par le journal du dimanche (JDD), l'État se tiendrait prêt à investir jusqu'à 15 millions d'euros dans les banques françaises et ce malgré les démentis de l'Élysée.

Banques françaises : une recapitalisation nationale ?

Une recapitalisation entre 10 et 15 milliards d'euros

À la suite d'une réunion très privée entre l'État et les dirigeants de 5 grandes banques françaises le 11 septembre dernier, un plan d'aide exceptionnel aurait été présenté.

Selon le Journal du dimanche (JDD) qui a rapporté l'information le 25 septembre, il s'agirait d'un "investissement " de l'ordre de 10 à 15 millions d'euros destiné à renforcer les fonds propres de la Banque populaire-Caisse d'épargne (BPCE), de la BNP Paribas, du Crédit agricole, du Crédit mutuel et de la Société générale. D'après le JDD, ce  renflouement pourrait être effectué sous le forme de prêts simples ou d'actions sans droit de vote.

Déjà utilisé en 2008 en début crise, ce processus de recapitalisation aurait néanmoins été écarté de par l'opposition de la BNP Paribas.

Les autorités bancaires démentent toute intervention

Suite à "l'annonce" de cette intervention publique, Bercy, les autorités monétaires et responsables européens ont nié l'existence d'un quelconque plan de renflouement. "Les banques ont augmenté leurs fonds propres de 50 milliards d'euros depuis 2008. Nous les encourageons à le faire, mais pas avec de l'argent public" explique ainsi un communiqué de l'Élysée.

Pour les défenseurs de la thèse dévoilée par le JDD, ce démenti est logique au vu des tensions constantes du marché. De plusieurs mois en effet, le gouvernement comme les instances bancaires, Banque de France (BdF) en tête n'ont de cesse de vouloir rassurer les marchés sur la bonne santé des banques françaises et de la capacité de ces dernières à résister à la crise.

Le ministre de l'économie et des finances, François Baroin a d'ailleurs réitéré ses propos ce lundi. "Les banques françaises n'ont pas de problème de solvabilité, pas de problème de fonds propres, elles pourraient absorber un défaut grec" a t-i l ainsi déclaré, affirmant par ailleurs  qu'"il n'y a pas de raison d'avoir une stratégie alternative dès lors que celle à laquelle nous croyons n'est pas encore en place".  Christian Noyer, le gouverneur de la BdF s'est montré encore plus direct en affirmant qu'il n y avait "aucun plan".

Pour beaucoup, une recapitalisation de la part de l'État serait synonyme d'une faiblesse des banques et ne ferait qu'alimenter les tensions déjà très fortes au sein des marchés financiers européens et mondiaux.

Article publié le lundi 26 septembre 2011 à 15:09 - © Credixis 2018

Articles liés

L'offre de crédit repart à la hausse depuis l'automne

Selon les chiffres publiés tout début février par la Banque de France, les banques ont largement ouvert le robinet des crédits depuis l'automne en appliquant des critères d'octroi moins stricts. Une situation qui devrait perdurer jusqu'à fin mars au minimum. Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Surendettement : la Banque de France fait le point

Sur la base des données recensées en 2007, la Banque de France gestionnaire du Fichier Central des Chèques (FCC) et du Fichier national des incidents de paiement des crédits aux particuliers (FICP) a dressé le portrait robot du surendetté type. Lire l'article