> > Assurance-crédit : le CCSF veut plus d'informations et de concurrence

Assurance-crédit : le CCSF veut plus d'informations et de concurrence

Chargé d'effectuer un bilan de la réforme de l'assurance emprunteur, le CCSF a émis plusieurs recommandations. Pour l'organe consultatif une meilleure information des consommateurs et une ouverture à la concurrence apparaissent comme nécessaires.

Assurance-crédit : le CCSF veut plus d'informations et de concurrence

Le CCSF propose huit voies d'améliorations des pratiques en cours

Saisi par le ministère l'économie en février 2011, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a rendu, le 20 mars dernier, un avis sur le bilan de la réforme de l'assurance emprunteur opérée le 1er juillet 2010 (Loi Lagarde).

Rappelant tout l'intérêt pour le consommateur de souscription d'une assurance emprunteur la plus juste, le CCSF dresse un bilan mitigé de l'application de la réforme. Dans les 12 considérations générales émises, le comité pointe huit voies principales d'amélioration :

  • une information rendue disponible plus rapidement afin de permettre à l'emprunter de mieux anticiper sa recherche d'assurance ;
  • une remise plus rapide de la fiche standardisée d'information obligatoire par l'organisme de souscription, "par exemple dès que le projet aura pu être précisé" ;
  • une fiche standardisée d'information recentrée, la plus proche possible du modèle initiale prévue par la réforme, afin de permettre une information la plus claire possible de l'emprunteur ;
  • un choix de procédure d'analyse de l'équivalence des garanties, réservée à l'établissement de crédit ;
  • des frais de délégation plafonnés ou limitant à un montant acceptable ;
  • une réponse plus rapide de l'établissement de crédit au sujet de son acceptation ou non de la délégation d'assurance ;
  • une motivation des refus "explicite et conforme aux meilleures pratiques constatées en la matière" ;
  • une coopération totale et rapide des professionnels proposant des assurances déléguées et des établissements de crédits.

Un bilan mitigé de la réforme Lagarde

Pour le CCSF, l'application de la réforme Lagarde souffre encore de quelques pratiques abusives. Néanmoins, le comité estime que "la loi Lagarde a constitué un facteur de changement important mais non exclusif des pratiques de l'assurance emprunteur".

Le plus grand changement résidant dans l'adaptation des offres d'assurance par les principaux réseaux bancaires et leurs assureurs.

Si des dispositifs d'analyse du niveau équivalent des garanties sont bien proposés par la plupart des établissements et réseaux, les frais occasionnés pour les délégations d'assurance sont trop hétérogènes car non fixés sur des mêmes bases (par dossier de financement, par prêt ou par assuré).

Les montants constatés pour ces frais sont également très hétérogènes pouvant être nuls comme très élevés.

En conclusion si l'application de réforme est en bonne voie, le chemin est encore long. D'après la fédération française des sociétés d'assurance, "seuls 11 % des contrats d'assurance emprunteurs sont des délégations d'assurance".

Article publié le mardi 27 mars 2012 à 17:03 - © Credixis 2018

Votre projet de rachat de crédits

Vous avez un projet de rachat de crédits ? Remplissez votre demande en ligne !

Un conseiller spécialisé "rachat de crédits" étudiera votre dossier avec la plus grande attention, et vous contactera dans les meilleurs délais

Demande en ligne

Articles liés

Les emprunteurs qui mentent ne vont pas au paradis

Depuis le 1er septembre 2010, le particulier jouit de droits étendus dans le choix de son contrat d'assurance crédit immobilier. Ce qui ne l'exonère pas de certains devoirs... Lire l'article

Le point sur la réforme de l'assurance prêt immobilier

Plus d'un mois après l'entrée en vigueur de la loi Lagarde, les avis sont partagés. Si les emprunteurs se disent satisfaits de sa mise en application, les banques font au contraire la moue. Lire l'article

Tarifs bancaires : l'UFC-Que Choisir tire la sonnette d'alarme

Le 1er juin dernier, l'UFC-Que Choisir a publié un rapport commandé par le Ministre de l'Economie sur l'évolution des tarifs bancaires entre 2004 et 2009. Le constat est accablant : depuis 5 ans, la situation s'aggrave. Lire l'article