> > 108 milliards € de recapitalisation pour les banques européennes

108 milliards € de recapitalisation pour les banques européennes

Réunis ce dimanche à Bruxelles, les ministres des finances européens sont parvenus péniblement à un pré-accord sur le montant de recapitalisation des banques européennes. Ces dernières devront rassembler quelques 108 milliards d'euros d'ici la mi-2012.

108 milliards € de recapitalisation pour les banques européennes

Pas d'interventions nationales

Un temps évoquée, une aide publique à la recapitalisation des banques a été finalement rejetée par l'ensemble des pays européens.

Les ministres des finances réunis ce dimanche 23 octobre en préparation au sommet européen du mercredi 26 octobre prochain ont ains convenu d'une recapitalisation essentiellement "privée".  Ainsi, les banques devront trouver d'elles-mêmes les fonds nécessaire à le recapitalisation conformément à la volonté de la Commission européenne.

Plus encore, des sanctions sont prévues pour les banques ne respectant pas le ratio imposé. Le cas échéant, le versement de dividendes ou de bonus aux actionnaires et dirigeants serait ainsi rigoureusement interdit.

108 milliards d'euros nécessaires

Contrairement au chiffre de 2,5 milliards d'euros avancé par l'Autorité bancaire européenne (EBA) en conclusion des "stress tests", c'est une recapitalisation de plus de 100 milliards d'euros de fonds propres qui sera ainsi demandé  à l'ensemble des banques européennes.

"On va arriver à un niveau de 9% de fonds propres en juin 2012, alors que c'était un rendez-vous prévu à l'origine en 2019" a déclaré ainsi le ministre de l'économie française, François Baroin.

À noter toutefois, les quelques 46 milliards d'euros promis par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) aux banques et établissements de crédits irlandais, grecs et portugais devraient être inclus dans les 108 milliards attendus.

Pas d'avancement sur la question du FESF

Le sommet européen de mercredi prochain, présenté comme LE sommet le plus important de la décennie au vu de la très difficile situation économique européenne s'annonce d'ores et déjà très tendu.

En effet, lors de la réunion de ce dimanche censée préparer justement le sommet, aucune avancée sur le dossier du Fonds européen de stabilité financière (FESF), n'a pu être développée. La question du FESF et les modification à y apporter constituent pourtant l'élément fondamental de base de l'action européenne pour sortir le continent de la crise.

Article publié le mardi 25 octobre 2011 à 16:10 - © Credixis 2017

Articles liés

Stress test : les banques réussissent mais ne rassurent pas

Sur les 91 banques testées par l'Autorité bancaire européenne, seules huit n'auraient pas réussi à prouver leur solidité économique en cas de nouveaux choc ou crise. Des "bons" résultats qui ne rassurent en rien les différents investisseurs et spéculateurs du marché. Lire l'article

Europe : le Portugal prochaine victime de la crise ?

La situation n'as jamais été aussi tendue au Portugal depuis 2009. Faisant face à une crise politique interne, le pays à jusqu'alors refusé l'intervention internationale et le recours au FESF. Pour beaucoup, il est le prochain sur la liste des receveurs d'aides. Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article